L’encadrement des professions est de juridiction provinciale, l’ODNQ permet aux membres d’offrir des consultations à des clients situés dans d’autres provinces ou pays. Il sera cependant important de vérifier avec l’ordre encadrant la profession de diététiste dans les provinces et pays dans lesquels vos clients se trouvent si des conditions particulières s’appliquent. Il est de votre responsabilité de vous assurer de respecter toutes les exigences réglementaires de la juridiction dans laquelle se trouve votre patient. Pour plus d’information, je vous invite à consulter le guide sur la pratique interjuridictionnelle de la nutrition au Canada.
Catégories : Pratique interjuridictionnelle, Pratique privée

Étant donné que les services en télépratique ont lieu dans le cadre de services offerts par un établissement de santé, l’article 108.2 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux s’applique. Article 108.2. Les services de santé et les services sociaux rendus à distance dans le cadre de services de télésanté sont considérés rendus à l’endroit où exerce le professionnel de la santé ou des services sociaux consulté. Lorsqu’un service est rendu dans le cadre du système public, les services en télépratique sont considérés rendus à l’endroit où exerce le professionnel. Dans votre situation, les services en nutrition seraient donc considérés rendus au Québec, et ce même si la patiente se trouve à l’extérieur du pays. La nutritionniste doit évaluer la pertinence de recourir à des services à distance vs en personne. La nutritionniste doit être en mesure d’offrir les suivis requis par la condition du patient. ll est important d’informer la patiente des risques et limitations des suivis en télépratique, d’aviser votre gestionnaire et de bien documenter le tout au dossier. La mise en place d’un plan d’urgence est nécessaire avant d’offrir ses services à distance pour toute clientèle et particulièrement en contexte de patients vulnérables.  La nutritionniste doit avoir pris des moyens pour intervenir en cas d’urgence ( lorsqu’applicable : présence d’une tierce personne, connaître où se trouve le patient, ressources d’aide disponibles 24/7) Nous vous invitons à consulter le guide télépratique et gestion du dossier numérique. La règlementation entourant la pratique à distance dans le cadre du réseau public est appelée à évoluer. Nous vous recommandons de suivre nos publications afin de rester informées!
Catégories : Pratique interjuridictionnelle, Pratique privée

Avant d’entreprendre une téléconsultation, assurez-vous d’être autorisée à exercer dans la juridiction où se situe votre client au moment de la consultation (par exemple, auprès de l’ordre ou l’association provinciale de diététiste). Au Québec, afin d’exercer la profession auprès de clients situés physiquement dans la province, il faut être membre en règle de l’ODNQ.  L’exercice de la profession et l’utilisation des titres sont de juridiction provinciale. Pour en savoir plus, consultez le document de l’ODNQ sur la pratique interjuridictionnelle de la nutrition au Canada. Lorsque vous exercez à travers le réseau public et que votre patient se déplace, nous vous recommandons de vous référer à votre employeur, certaines particularités sont applicables.
Catégories : Pratique interjuridictionnelle, Pratique privée

Pour exercer la profession de diététiste-nutritionniste auprès d’un patient québécois via la télépratique à partir d’une autre province canadienne, il faut détenir un permis de pratique en règle de l'ODNQ. En effet, le 22 août 2020, le conseil d’administration de l’Ordre a adopté la résolution suivante : « Un diététiste-nutritionniste en télépratique au Québec, s’il s’y trouve lui-même physiquement au moment où il exerce ou si le patient s’y trouve lorsqu’il reçoit les services; dans toute autre juridiction où lui ou le patient pourrait se trouver au moment de la prestation de services, lorsque les lois qui y sont applicables le requièrent, doit : Respecter l’ensemble des obligations relatives à l’exercice de la profession de diététiste, telles qu’elles découlent notamment du Code des professions et des lois et règlements applicables; S’assurer qu’il dispose des autorisations légales pour exercer la profession de diététiste au Québec; S’assurer qu’il est couvert par un contrat d’assurance responsabilité professionnelle conforme aux exigences applicables au Québec. » Cette décision du conseil d’administration a été prise afin de mieux protéger le public et de pouvoir exiger que les diététistes qui rendent des services à la population québécoise respectent les obligations, les lois, les règlements et les normes de pratique du Québec. Afin de prendre sa décision, l’Ordre a évalué la situation de la pratique interjuridictionnelle de la nutrition au Canada, les lois applicables de même que la position d’autres ordres en santé du Québec en lien avec le permis de pratique exigible et la télépratique interjuridictionnelle. À ce jour, à l’exception de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’île-du-Prince-Édouard, tous lesorganismes canadiens de régulation de la profession de diététiste exigent que la professionnelle soit membre pour pouvoir rendre des services de nutrition via la télépratique dans leur province .Consultez le guide Pratique interjuridictionnelle de la nutrition au Canada pour en savoir plus. Dans certaines circonstances, une autorisation spéciale peut être accordée à une diététiste membre d’un organisme canadien de régulation de la profession de diététiste lui permettant de fournir temporairement des services à des clients du Québec sans avoir à devenir membre de l’ODNQ.  Similairement, une autorisation spéciale peut également être accordée afin de permettre à une diététiste de poursuivre les suivis nutritionnels avec un client non-résident du Québec qui est temporairement situé dans la province. Pour plus d’information sur les critères d’admissibilités nécessaires à l’obtention d’une autorisation spéciale, veuillez consulter notre page web « Demande d’autorisation spéciale ».
Catégories : Pratique interjuridictionnelle, Pratique privée