Les activités autorisées pour les nutritionnistes ne sont pas réservées à certains milieux et peuvent donc être exercées par les diététistes œuvrant autant dans le réseau public que dans le secteur privé. Cependant, certains éléments doivent être pris en considération :
  • Afin d’exercer les activités prévues au règlement, la nutritionniste doit obligatoirement être en présence d’une ordonnance d’un médecin ou d’une IPS indiquant que la nutrition constitue un facteur déterminant du traitement de la maladie. En d’autres mots, il doit s’agir de patients pour lesquels le médecin ou l’IPS a demandé une consultation en nutrition.
  • Lorsque les diététistes-nutritionnistes prescrivent des analyses de laboratoire, elles doivent y donner suite de façon appropriée et en temps opportun. Par exemple, si le résultat indique une valeur critique, la diététiste-nutritionniste doit être en mesure de gérer la prise en charge requise du patient par un corridor prédéterminé de service, et ce, dans des délais appropriés. Un répondant doit être nommé afin de prendre en charge les valeurs critiques en l’absence de la diététiste-nutritionniste.
  • Avant de procéder à la prescription d’analyses de laboratoires, il est important d’accéder au dossier du patient afin de s’assurer d’avoir l’information à jour sur le patient. Avant de prescrire une analyse de laboratoire, la diététiste-nutritionniste doit en analyser la pertinence clinique et s’assurer qu’un tel résultat de laboratoire n’est pas autrement disponible.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes

Les prescriptions des analyses de laboratoire doivent être en lien avec le champ d’exercices des diététistes-nutritionnistes et avoir une pertinence pour la prise en charge du patient. Comme il n’existe aucune liste d’analyses de laboratoire qui peuvent être prescrites par les diététistes, il revient à chacune d’entre elles d’utiliser leur jugement professionnel. Une analyse de laboratoire est une analyse faite à partir de spécimens d’origine humaine afin d’apporter des renseignements utiles à l’évaluation et à la détermination du plan de traitement nutritionnel des patients. Cela inclut donc les analyses sanguines, mais également les analyses urinaires et fécales qui peuvent être pertinentes pour les diététistes. L’HbA1c, le bilan lipidique ainsi que les enzymes hépatiques peuvent effectivement être utilisés dans le cadre de la détermination du plan de traitement nutritionnel ou bien de la surveillance de l’état nutritionnel du patient. Les nutritionnistes ayant obtenu le droit de prescrire peuvent donc prescrire ces analyses de laboratoire si elles jugent qu’elles sont pertinentes.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes

Comme les diététistes sont autorisées à ajuster et non à prescrire l’insuline et les antidiabétiques vous ne pouvez pas renouveler une prescription. L’ajustement de l’insuline et des antidiabétiques consiste, en présence d’une ordonnance, à modifier la dose ou la posologie du médicament qui a été préalablement prescrit. L’activité d’ajustement de l’insuline et des antidiabétiques nécessite en plus de la demande de consultation du médecin ou de l’IPS, une ordonnance initiale visant le médicament. En d’autres termes, le médicament doit déjà être prescrit et la diététiste peut alors procéder à l’ajustement.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes

La certification d’éducatrice agrée en diabète est très avancée et pertinente pour les diététistes-nutritionnistes œuvrant auprès de la clientèle diabétique. Cependant, il est obligatoire de compléter le parcours de formation en entier afin d’exercer les activités autorisées de prescription de formules nutritives, de micronutriments, de macronutriments, de solution d’enzymes pancréatiques, d’analyses de laboratoires et d’ajustement d’insuline et des antidiabétiques. Cela inclut la formation « Droit de prescrire – partie 1 », la formation de mise à jour « Droit de prescrire - partie 1.1 » ainsi que la formation sur les nouvelles activités autorisées « Droit de prescrire - partie 2 ». Il n’y a donc aucune équivalence qui est possible pour la certification d’éducatrice agrée en diabète.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes

OUI, cela fait partie de leur champ d’exercice et est afférent à leurs activités réservées par le Code des professions. La prescription de ces agents et produits peut comporter des avantages pour certains patients : l’adhésion au traitement, la collaboration avec le pharmacien ou même des avantages financiers (assureurs privés, impôts). Certains programmes de santé destinés aux communautés autochtones offrent également la couverture des agents épaississants et produits pré-épaissis.

Comme pour toutes activités professionnelles, cette prescription doit découler d’une évaluation nutritionnelle complète comprenant l’évaluation des contre-indications et des interactions nutritionnelles et médicamenteuses. Nous vous invitons à consulter cet avis produit par l'Institut pour la sécurité des médicaments aux patients du Canada à titre d'exemple.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes

Puisqu’une ordonnance figure déjà au dossier du patient pour la même condition, la diététiste peut prescrire, ajuster ou prolonger les formules nutritives ou le matériel d’alimentation entérale pour le patient. Le fait d’offrir les soins au patient à partir d’un autre programme n’élimine pas l’ordonnance initiale du médecin qui indique que la nutrition constitue un facteur déterminant dans le traitement de sa maladie, et ce, dans un souci de continuité de soins à la population. La diététiste-nutritionniste doit s’assurer d’obtenir en tout temps l’actualisation de la condition médicale du patient.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes

Comme la diététiste-nutritionniste est en présence d’une ordonnance, elle est autorisée à prescrire des vitamines et minéraux. Dans ce cas-ci, la diététiste a reçu une ordonnance pour le traitement de conditions cardiovasculaires, un diagnostic qui n’est pas lié à la prise de calcium et de vitamine D. La diététiste doit donc obtenir, au préalable, l’évaluation médicale du patient. Si l’évaluation nutritionnelle révèle un risque de carence pour ces deux nutriments, la présence d’une condition documentée sur le plan clinique sera suffisante pour justifier la prescription de calcium et vitamine D. En d’autres mots, la diététiste-nutritionniste pourra prescrire lorsque la situation clinique du patient requiert une prescription ET qu’elle dispose des informations requises sur l’état de santé du patient lui permettant de prescrire de manière optimale et sécuritaire. La diététiste-nutritionniste peut prescrire à titre préventif, et ce, avant de constater la détérioration de l’état nutritionnel du patient. Pensons notamment au vieillissement et à la prévention de l’ostéoporose, au risque de carences nutritionnelles associées à la sélectivité alimentaire, à la grossesse et au développement du bébé. Encore une fois, la diététiste-nutritionniste pourra prescrire lorsque la situation clinique du patient requiert une prescription ET qu’elle dispose des informations requises sur le patient lui permettant de prescrire de manière optimale et sécuritaire.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes

Les probiotiques et les oméga-3 sont considérés comme des produits de santé naturels selon la Loi sur les aliments et drogues. Ils ne sont donc pas visés par les produits et substances qui peuvent être prescrits en vertu du Règlement. Par ailleurs, puisque ces produits sont vendus sans ordonnance, les diététistes peuvent recommander à leur patient d’en consommer, si elles jugent que le produit est pertinent, apporte une valeur clinique ajoutée et que les bienfaits ou l’efficacité sont soutenus par les données de la science.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes

L’autorisation d’activités aux diététistes-nutritionnistes ne vise pas à se substituer aux rôles ou fonctions d’un autre intervenant ou professionnel au sein de l’équipe. Si l’administration de médicaments n’a aucun lien avec la détermination du plan de traitement nutritionnel ou la surveillance de l’état nutritionnel, la diététiste ne doit pas procéder à l’administration de médicaments. Par contre, la diététiste ne devrait pas laisser le jeune homme seul sans s’assurer qu’il puisse prendre sa médication si celle-ci est importante. En cas de doute, la diététiste peut communiquer avec le pharmacien, l’infirmière ou tout autre professionnel au dossier afin de déterminer l’intervention la plus appropriée et les moyens d’éviter qu’une telle situation se reproduise.
Catégories : Activités autorisées - Diététistes-nutritionnistes